mercredi 24 mai 2017

mardi 16 mai 2017

Je disais donc...


Vous avez déjà vu cette affiche. C'est normal, c'est celle que les collégiens de Louise Michel, à St Junien, ont conçue avec mon aide, j'en ai déjà parlé.
Point d'orgue : le festival se tiendra ce ouiquenne, avec, on l'espère, du monde et du meilleur.

lundi 10 avril 2017

Première


Vendredi 14 avril, à l'espace Cité (à côté du Musée de la Résistance), 
grande première du spectacle adapté de Guingouin, un chef du maquis, par la compagnie La Pierre et  le Tapis.
Séances réservées aux scolaires et d'ores et déjà complètes mais sait-on jamais ?

lundi 3 avril 2017

Retour au pays natal


Du 6 au 8 avril
un grand ouiquenne à Saujon, près de Royan, en compagnie de toute une pile de beau linge qui sent bon la lavande : Marie-Aude Murail, Alex Cousseau, Henri Meunier, Charles Dutertre, etc.

jeudi 30 mars 2017

L'enfant du 1er avril


Comme l'an passé, On verra bien sera présent sous le chapiteau de 
Lire à Limoges
J'y dédicacerai à nouveau mon Guingouin, un chef du maquis, à l'occasion de l'exposition présentée au Musée de la Résistance
Ce sera surtout pour nous l'occasion de présenter notre nouveau livre :


Pigault-Lebrun fut certainement l'un des auteurs les plus populaires du début du 19e siècle, vedette incontestée des cabinets de lecture et véritable trait d'union entre la littérature du 18e siècle (voltairienne en diable, son œuvre se nourrit en outre de la lecture de Diderot, de l'abbé Prévost, de Fielding...) et le roman populaire du 19e, dont les plus grands auteurs, de Dumas à Paul de Kock et Ponson du Terrail, ont reconnu leur dette envers un auteur dont la verve facétieuse et la gaieté ne fut jamais tarie par une jeunesse pleine d'aléas (il fut marchand, soldat, comédien..., enleva un certain nombre de jeunes filles, fut embastillé deux fois sur ordre de son propre père avant que celui-ci ne finisse par le faire rayer des registres de l'Etat-civil !)
Publié en 1796, L'enfant du Carnaval est son premier roman et conte par le menu les aventures du bien nommé Happy, enfant naturel né de la rencontre inopinée d'une servante et d'un capucin sur un plat d'épinards, amoureux de la belle Juliette, fille du riche lord anglais au service duquel il est entré. Tandis que l'histoire s'emballe en ce XVIIIe siècle finissant qui voit poindre la Révolution, les deux jeunes gens devront surmonter bien des embûches avant de connaître enfin la tranquillité, loin des Bastilles et des curés libidineux.
D'une bonne humeur inaltérable et d'une fantaisie picaresque sans cesse renouvelée, ce roman très injustement oublié dresse également au passage le portrait plein d'ironie d'une société en révolution, avec ses ridicules et ses excès, mais aussi ses espoirs et ses attentes.

Pour achever de lui donner un coup de jeune, nous avons demandé une illustration originale à Agnès Maupré, que nous remercions chaleureusement et dont les couleurs pimpantes conviennent chaque jour un peu mieux à l'atmosphère du roman.

Un grand merci, enfin, à Judith Wulf, de l'Université Rennes 2, qui nous a fait découvrir Pigault-Lebrun et signe la préface.

Quant à ceux qui voudraient en apprendre davantage sur Pigault-Lebrun et son œuvre, signalons l'excellente évocation de Stéphane Audeguy, qui ne s'y est pas trompé et fait de Pigault lui-même le véritable enfant du carnaval.



dimanche 19 mars 2017

Nouveau et intéressant


Un nouveau salon dans la vieille région ! Le 25 mars, Saint Yrieix la Perche accueille son premier salon du livre jeunesse à la Bibliothèque / Centre culturel.
J'y serai, en compagnie de quelques autres, dont M. Otto T. et de L'atelier du Poisson soluble, spécialement sorti de son bocal pour l'occasion.

vendredi 10 mars 2017

Pendant ce temps...


L'affiche du prochain salon de Saint Junien, conçue à partir des tampons gravés par un groupe d'élèves du collège Louise Michel

dimanche 12 février 2017

Pâte persillée


Parution du 22e numéro de Gorgonzola,
sous la direction du toujours érudit Maël Rannou et sous une très jolie couverture de Jean Bourguignon, 
dans lequel, parmi d'autres, je rends un hommage ému aux défuntes éditions Artefact, qui m'ont tout appris.


dimanche 15 janvier 2017