mardi 12 mars 2019

On verra bien - nouveautés 2019

Deux nouveautés cette année pour On verra bien !
Deux nouveautés dont nous sommes particulièrement fiers... 


Peuplés d'ogres, de chevaliers, de bonnes vieilles, d'enfants perdus et de loups en casquette, une cinquantaine de textes inédits réinventent le genre de la fatrasie, comme autant de dérives poétiques dans l'univers du conte, comme autant de façons de se perdre dans une forêt dont chaque arbre est marqué au coin de l'enfance. Errant parmi ces ombres fantastiques, jamais Petit-Poucet ne fut plus rêveur...

"Remarquablement méconnu du plus grand nombre" - selon la formule de Valérie Rouzeau - tour à tour manutentionnaire, accordéoniste, gardien de nuit, employé aux écritures, Christian Bachelin (1933-2014) fut aussi et avant tout l'une des voix les plus singulières de la poésie française contemporaine, dont l’œuvre, tout imprégnée des brumes de son Nord natal, ne cesse de revisiter la mémoire individuelle et collective

Préface de Valérie Rouzeau
Illustration originale Anne Brouillard
240 pages ; 19 €


Peut-on devenir folle à la lecture de La Nouvelle Héloïse ? Mademoiselle Antigone de Jambusse, dite Gone, 20 ans, fait en tout cas de son mieux. De son manoir perché au-dessus de la Creuse à Venise en passant par les Alpes, c'est un doux délire qu'elle promène, agrégeant autour d'elle l'âme délicate d'un peintre raté, celle d'une vieille petite fille un peu sorcière, d'un enfant solitaire, d'un montagnard en deuil et du chien Magnifique. Drame fantaisiste ou fantaisie dramatique ? Gone décolle toutes les étiquettes avec une belle fougue.

Si Gabriel Nigond (1877-1937) reste surtout connu pour Les contes de la limousine et ses autres textes en parler berrichon, il fut d'abord et avant tout un auteur dramatique, joué par les plus grands théâtres parisiens. Il fut également un romancier rare et d'une grande finesse, de dont le charme parfaitement indéfinissable de Gone demeure à ce jour le plus singulier témoignage.  

Préface de Jean-Claude Bray
204 pages ; 18 €

EN LIBRAIRIE LE 1er AVRIL
(et ce n'est pas un poisson)


Aucun commentaire:

Publier un commentaire