samedi 21 septembre 2019

Monstrueux !


Paru en 1824, de manière anonyme, Le Monstre fut aussitôt interdit et ne sera réédité qu'une quarantaine d'années plus tard. C'était, dit-on, l’œuvre commune d'un certain Eugène de Lamerlière et de la débutante Jenny Dufourquet qui, bientôt, se ferait connaître des habitués des cabinets de lecture sous le nom de Camille Bodin. Romancière prolifique, elle fut caractéristique de ces "bas bleus" de cette première moitié du XIXe siècle, minorées par la critique au profit de confrères masculins par forcément mieux dotés niveau style.
Le Monstre fut l'une de ses rares incursions dans le roman frénétique, dernier avatar du gothique anglais, dont il pourrait faire figure de prototype : héros purs et chastes, méchant que rien n'arrête, ni le viol, ni le meurtre, ni l'inceste, châteaux menaçants, geôles sinistres... Le Monstre coche toutes les cases, avec des outrances presque sadiennes qui, si elle paraissent aujourd'hui presque anodines, n'en frappèrent pas moins les esprits de l'époque. 
En tout cas, celui de la tante Anastasie...

Bref, j'en sais quelque chose, j'ai écrit la préface.

Le Monstre, de Camille Bodin. - Talents hauts, 2019
Collection "Les plumées"
224 pages - 7,90 €

Aucun commentaire:

Publier un commentaire